Laouenanig Sant Erwan.

Video

Paroles

Paroles du cantique
BretonTraduction en français
Refrain

Pan eo hírie ho pardon, sant Erwan venniget,

Pedit evít ho proiz, evit ar Vretoned :

Hirie an holl Vretoned ho ped a galon vat :

Roit dezhe aotrou sant Erwan, rolt dezhe holl o mennad

Refrain

Puisque aujourd’hui, c’est votre pardon, saint Yves béni,

Priez pour vos compatriotes, priez pour les Bretons.

Aujourd’hui les vrais Bretons vous prient de bon cœur.

Donnez-leur, Monsieur saint Yves, donnez-leur à tous ce qu’ils désirent.

1

Pa zeu miz Mae da vleuniañ e liorzhoù ar Vro,

Miz Mae, miz ma Mamm Santel, pa zeu miz Mae en-dro,

Me ’glev war-zu Landreger, ar pemp kloc’h bras o son,

Kleier Erwan ha Tual 0 c’hervel dar pardon.

1

Quand le mois de mai fleurit dans les jardins du pays,

Mois de mai, mois de ma sainte Mère, quand mai est de retour,

J’entends du côté de Tréguier, les cinq grandes cloches sonner,

Les cloches d’Yves et de Tugdual appelant au pardon.

2

M’ho klev, aotrou sant Erwan, o ma sant benniget :

Bep bloaz me ’zeuy d’ho pardon, keit ha m’hallin kerzhet

Bep bloaz me ’zeuy d’ho pardon, rak c’hwi a’m selaouo

Pan oc’h breton eveldon hag ur sant en neñvoù.

2

Ecoutez-moi, saint Yves, ô mon saint béni,

Chaque année, je viendrai à votre pardon, tant que je pourrai marcher

Chaque année, je viendrai à votre pardon, car vous m’écouterez

Puisque vous êtes Breton comme moi et un saint aux Cieux.

3

O !Nag on bet evurus 0 tont, ’dalek bihan,

Gant ma mamm da Landreger, ’vit gwelet sant Erwan !

Neb a bedo sant Erwan, a lâre ar re gozh,

’N do gras Doue er bed-mañ ha lod er baradoz.

3

Ô comme j’ai été heureux de venir, depuis que j’étais petit,

En compagnie de ma mère, à Tréguier, pour voir saint Yves.

Celui qui prie saint Yves, disaient les anciens,

Aura la grâce de Dieu en ce monde et une place au Paradis.

4

Gwechall ’oa e Landreger ur bez eus ar c’haerañ,

Bez sant Erwan Haelouri, graet gant dug ar vro-mañ.

Eno an holl Vretoned a zeue da bediñ,

Eno ’roe sant Erwan mennad da bep hini.

4

Autrefois il y avait à Tréguier un des plus beaux tombeaux,

Le tombeau de saint Yves Héloury, construit par le duc du pays.

Là tous les Bretons venaient prier,

La saint Yves donnait à chacun ce qu’il demandait.

5

Eno ’z eus bet burzhudoù, ’vel ne oa bet gwelet

Nag e Breizh, nag e Bro-c’hall, testoù ’zo da lâret :

Eno Rouanecl ar vro a zeue diarc’hen,

Da glask ivez o mennad digant tad ar beoríen.

5

Là il y eut des miracles, comme on n`en vit pas

Ni en Bretagne, ni en France, il y a des témoins pour le dire.

La les rois de Bretagne venaient nu-pieds

Pour demander aussi leur souhait au père des pauvres.

6

Gant ar Revolusion e tegouezhas e kêr

Tud difeiz hag a dorras ar bez a oa ken kaer,

Ne vanas gant sant Erwan, a-rez ant ar pavez,

Ne vanas met ur rnaen ruz, e lec’h ma oa e vez.

6

Avec la Révolution, arrivèrent en ville

Des gens sans foi qui détruisirent ce tombeau qui était si beau.

Il ne reste à saint Yves, au ras du avé,

Il ne reste qu’une pierre rouge, à la place de son tombeau.

7

Adsavet eo a-nevez bez ar sant benniget…

Bennozh Doue d’an eskob en deus-hañ adsavet ;

Bremañ c’hoazh ar Vretoned a zeuy evel gwechall

Da welet o sant Erwan en iliz sant Tual.

7

Rebâti a été de nouveau le tombeau du saint béni.

Grand merci à l’évêque qui l’a rebâti.

Maintenant encore, les bretons viendront comme jadis

Pour voir leur saint Yves dans l’église de saint Tugdual.

8

Na pegen kaer eo gwelet, e devezh ar pardon

Parrezioù koant Bro-Dreger gant o frosesion !..

Roit dezhe ’r pezh a c’houlennont, o ma sant benniget :

N’eus ket d’ho karer gwelloc’h e-touez ar Vretoned.

8

Comme il est beau de voir, autour du pardon
Les jolies paroisses du pays de Tréguier, avec leurs processions.
Donnez-leur ce qu’ils demandent, ô mon saint béni,
Il n’y en a pas pour mieux vous aimer parmi les Bretons.

9

Hirie eo diaes bevañ e kêr evel war ar maez ;

Dre-holl ’z eus poan ha trubuilh, ha dre-holl dienez !

C’hwi ’oar petra zo kiriek, o sant Patron hon bro :

Ar pec’hedoù a dalv dimp ur Walenn ken garv.

9

De nos jours, il est dur de vivre en ville comme à la campagne.

Partout c’est la peine et le trouble, et en tous endroits des misères !

Vous savez ce qui en est la cause, ô saint patron de notre pays :

Les péchés nous valent un fléau aussi rude.

10

Gant Kamlez ha Koatreven, Langoad ha Perwenan,

Trezeni ha Lanvilin, Priel ha Plougouskant,

Na kaerañ prosesion, na kaerañ banníeloù !

Bep bloaz ’teuont d’ho pardon gant sent-patron o bro

10

Avec Camlez et Coatreven, Langoat et Penvénan,

Trézény et Lanmérin, Plouguiel et Piougrescant,

Quelle admirable procession, quelles admirables bannières !

Chaque année elles viennent à votre pardon avec les saints patrons de leurs paroisses.

11

Na pegen kaer eo gwelet, en deiz-se, o tremen

Penn sant Erwan venniget douget gant beleien !

Bep bloaz ’c’h a d’ar chapel en doa savet gwechall

Ha d’an Itron Varia ha d’hon tad sant Tual

11

Qu’il est beau de voir, en ce jour,

Passer le chef de saint Yves béni porté par les prêtres !

Chaque annee il va à la chapelle qu’il avait fait construire naguère

Pour Notre-Dame et notre père saint Tugdual.

12

Bep bloaz pa zeufet er-maez eus iliz Landreger

Pan efet d’ar Vinic’hí gant prosesion kêr

Grit ur sell, o sant Erwan, ur sellig war ho pro,

ma vo furnez gant an dud hag ed ’in o douaroù.

12

Chaque année, quand vous sortirez de l’église de Tréguier,

Quand vous irez à Minihy avec la procession de la ville,

]etez un regard, ô saint Yves, un petit regard sur votre pays.
Pour qu il y ait de la sagesse parmi les gens et des récoltes dans leur terre.

13

Ni ’bedo a-greiz kalon e chapel Kervarzhin,

Rak eno hoc’h eus pedet gwechall war ho taoulin ;

Eno eo hoc’h eus lâret hoc’h oferenn díwezhañ,

Pevar deiz, o sant Erwan, ’raok kuitaat ax bed-mañ.

13

Nous prierons de tout cœur dans la chapelle de Kermartin,

Car c est la que vous avez prié autrefois à genoux ;

C’est là que vous avez célébré votre dernière messe,

Quatre jours, ô saint Yves, avant de quitter ce monde.

14

War zísteraat, siwazh, ec’h a feiz Breizh-Izel :

Ne zoujer ken da Zoue na d’E lezenn santel,

Adlârit c’hoazh d’ho proiz, o ma sant benniget,

Eo ret sentiñ ouzh Doue ’vit kaout evurusted.

14

Elle va en s’affaiblissant, hélas, la foi en Bretagne :

On ne respecte plus Dieu ni sa Sainte Loi,

Redites encore à vos compatriotes, ô mon saint béni,

Qu`il faut obéir à Dieu pour avoir du bonheur.

15

Lârit dezhe kerzhet eeun ’trezek ar baradoz

Ha bezañ gwír Gristenien evel o Zadoù kozh

O ! Neuze ni a welo o tistreiñ en hon touez

Ar peoc’h hag al lealded ha gante levenez.

15

Dites-leur de marcher droit vers le Paradis

Et d’être de vrais chrétiens comme leurs ancêtres.

Oh ! Alors nous verrons revenir parmi nous

La paix et la loyauté et avec elles la joie.

16

Deomp-holl eta, Bretoned, war bez hon sant Erwan,

Deomp-holl da lâret dezhañ hon trubuilh ha hon poan ;

Hag gant feíz krenn hon c’halon ha bolontez Doue

Ni Welo c’hoazh burzhudoù en-dro d’ar bez nevez.

16

Venons tous donc, Bretons, au tombeau de saint Yves,

Venons tous lui dire nos inquiétudes et notre prière ;

Et avec la foi vive dans nos cœurs et la volonté de Dieu,

Nous verrons encore des miracles autour du nouveau tombeau.

Partition

Partition de « Pan eo hirie ho pardon »

Source des paroles :
Paroisse Saint-Tugdual
Sant Erwan, pèlerinage à Saint Yves
Saint-Brieuc, mai 2018
Pages 38 à 41

Documents à télécharger