Chaque matin, au réveil, redisons cette prière qui est l’engagement 8 [1] de la Confrérie des Témoins de saint Yves. Sa piété mariale de saint Yves était bien connue, l’église qu’il a fondée à Minihy lui était dédiée. Comme lui je me confie à l’intercession de Marie, notre Mère, Mère de l’Église, en récitant souvent le chapelet et chaque jour cette prière du 3e siècle :

Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu.
Ne repousse pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers, délivre-nous, Vierge glorieuse et bénie.

« Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »
(Mt 24)

« C’est le moment, l’heure est déjà venue de sortir de votre sommeil. Car le salut est plus près de nous maintenant qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants. La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les œuvres des ténèbres, revêtons-nous des armes de la lumière… Revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ. »
(Rm 13)

« Marchons à la lumière du Seigneur. »
(Is 2)

Seigneur Jésus, Tu es la Lumière de nos vies, Tu nous rejoins dans le quotidien de notre chair. Sois La Lumière qui éclaire chaque moment, chaque acte, chaque décision de notre semaine. Donne-nous nous d’accueillir cette Lumière dans notre prière fidèle de chaque jour.

Yves de Trégordel, a vécu avec saint Yves quand il était étudiant à Paris ; malgré des études difficiles il rapporte qu’Yves assiste chaque jour à la messe et récite ses heures. Chez Yves l’étude n’a jamais pris le pas sur la prière et l’exercice de la charité, l’étude renforce l’homme intérieur. Il échappe au vertige, à l’illusion, à l’orgueil du savoir.

La prière dessine la figure de saint Yves. Les témoins voient en sa vie de prière la clé de son rayonnement. Leurs expressions répétées nous en disent quelque chose. Les témoins insistent sur sa fidélité : Yves, homme très assidu à prier… d’une très grande régularité dans l’oraison. La vie spirituelle ne peut faire l’impasse de la fidélité du cœur à cœur avec le Seigneur, l’Esprit Saint nous y conforme à la Présence divine continuelle. Beaucoup évoquent sa fidélité à la prière des heures : il disait ses heures canoniales sans faille.

Hamon Toulefflam ajoute : Il passait la nuit presque sans dormir et l’occupait en prières, lectures et bonnes exhortations. Je crois qu’il se serait bien des fois passé de sommeil mais qu’il dormait un peu car il avait à célébrer le lendemain. Geoffroy Jubiter de Trédrez se rappelle avec émotion que la nuit souvent j’ai entretenu son luminaire. Il suppliait Dieu sans cesse par des gémissements et des soupirs.

L’homme de Dieu interpelle, suscite la curiosité, en son manoir, selon Dame Pleysou de Pestivien les jeunes damoiseaux suivent Yves en cachette : alors qu’on le croyait bien des fois dans sa chambre, il passait la nuit dans la chapelle et cela de façon presque courante.

Yves est habité par le Christ comme saint Paul : je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi (Gal 2, 20). Le 1er dimanche de l’Avent nous entendions la lettre de Paul aux Romains : Revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ. Hervé de Coatréven, sacriste de Tréguier, se rappelle que près de son lit il y avait une croix avec l’image du crucifié. Jean de Pestivien a retenu que dans ses conversations venaient souvent les mots : Jésus-Christ, fils de Dieu ; Hamon Nicolay, clerc, l’a entendu répéter : Mon Dieu, crée en moi un cœur pur et renouvelle en mon sein un esprit affermi.

L’Eucharistie est au cœur de la vie d’Yves. Tous attestent l’amour d’Yves pour l’Eucharistie, Présence réelle du Christ. Frère Pierre, abbé de Bégard, témoigne : il portait sur lui, sur sa poitrine, presque continuellement, le Corps du Christ, dans une pyxide d’argent, qu’il avait reçue, disait-il, de la dame de Roscanvel, au diocèse de Quimper. Je l’ai vu bien des fois prendre le corps du Christ dans cette pyxide et l’administrer aux malades.

Louons pour Yves, serviteur du Christ, qui arpente les chemins, portant amoureusement contre son cœur Jésus-Hostie, en dialogue continuel avec son Bien-Aimé, prêt à déployer la double table de la Parole et de l’Eucharistie pour le malade, la pauvresse, le damoiseau ou le mourant que l’Esprit Saint met sur sa route.

Bénissons Dieu avec Guillaume Ballech, cet infirme qui au goût d’Yves quitte trop vite Ker Martin, il le retrouve non loin de La Roche-Derrien, près d’une chapelle : dom Yves est entré dans la chapelle, y a célébré la messe devant moi en présence de nombreuses personnes. À l’élévation du Corps du Christ, j’ai vu un éclair tourner rapidement autour du calice, si vite que je n’ai pas pu le fixer. L’élévation finie, l’éclair disparut. Rayon de soleil ou miracle eucharistique, peu importe, Yves s’unit à toute la création pour célébrer son Seigneur.

Chers amis et chers membres de la Confrérie des Témoins de saint Yves, nous vous souhaitons de vivre une belle 1re semaine de l’Avent, guidés par la Lumière de Dieu.