Réunie en Assemblée plénière sous la présidence de sa nouvelle première présidente, deuxième femme à présider la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire en plus de deux siècles d’existence, la Cour de cassation a rappelé avec force que la liberté d’expression constitue l’un des fondements essentiels d’une société démocratique.

Dans un arrêt à la motivation enrichie qu’elle a récemment adoptée et qui en facilite la compréhension, la Cour de cassation a jugé que, malgré son caractère injurieux, la diffusion, au cours d’une émission de télévision, d’une affiche associant une candidate à l’élection présidentielle à un excrément, initialement publiée dans un journal satirique, ne dépassait pas les limites admissibles de la liberté d’expression.

Par cette même décision, la Cour de cassation a jugé que le principe du respect de la dignité de la personne humaine ne constituait pas un fondement autonome des restrictions à la liberté d’expression, l’atteinte à cette dignité étant néanmoins retenue pour apprécier l’existence d’un abus dans l’exercice de la liberté d’expression.

Voir en ligne : L’arrêt peut être consulté avec sa notice explicative sur le site de la Cour de cassation, à cette adresse.