Note de lecture : La quête de Maître FULANO par Me Loïc TERTRAIS

Note de lecture par Me Yves Avril

Me Loïc TERTRAIS :La quête de Maître FULANO

 Roman.  Pierre TÉQUI éditeur, 15 €

Auteur d’un guide Totus : « À Vélo ! », Loïc TERTRAIS est avocat au Barreau de Rennes.

En mai 2018 Loïc TERTRAIS, au moment de la Saint-Yves, patron des avocats et des gens de justice, avait publié un livre rafraîchissant, préfacé par François SUREAU, qui vient d’entrer à l’Académie française, « Défends ma cause », dont il a été rendu compte sur le site.

https://fonds-saintyves.fr/connaitre-saint-yves/livres-et-bibliographies/bonnes-feuilles/defends-ma-cause/

Aujourd’hui Loïc TERTRAIS publie un court roman, encore rafraîchissant. En tête de chaque chapitre, une citation marque une érudition empreinte de légèreté. Une citation parmi d’autres (p. 81) : « On ne peut plus vivre de frigidaires, de politique, de bilans et de mots croisés, voyez-vous ! On ne peut plus. On ne peut plus vivre sans poésie, couleur, ni amour », Antoine de Saint-Exupéry, Lettre au Général X…

Maître FULANO est un avocat qui, se faisant une idée de ce qu’est un notable, exerce sa profession dans un barreau de cour d’appel, où, au mitan de sa vie professionnelle, la routine, l’égoïsme et la vanité ont anesthésié son âme.

Son âme va revivre grâce à un jeune collaborateur venu lui prêter main-forte, Jack. D’une curiosité piquante le collaborateur emmène son patron sur des voies qu’il ignore, à commencer par la pratique du vélo. Il est vrai que le livre commence bien. Maître FULANO fait un cauchemar. Il rêve que le juge devant lequel il comparait l’apostrophe en ces termes : « Maître FULANO, qu’avez-vous fait de votre serment ? ».

De scène en scène, par la grâce de son jeune collaborateur qui l’entraîne, l’avocat se laisse guider et le livre s’achève à Jérusalem, lorsque le premier président de la cour d’appel, à l’issue d’une série d’aventures, le regard posé en profondeur sur son interlocuteur, lui déclare : « Maître FULANO, savez-vous que la basilique du Saint Sépulcre s’appelle aussi basilique de la Résurrection ». Un livre à mettre entre toutes les mains, les magistrats, les avocats et les justiciables qui ont à faire avec les membres du Barreau.

Yves AVRIL

 

 1,361 Nombre total de vues,  32 Vues aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *